Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 22:07

Les Edition Champaka Brussels on livré dans toute les bonnes librairie le tirage luxe du T2 du Long voyage de Léna:

© Juillard/Christin/Dargaud-Lombard

En octobre 2006, le tirage de luxe du Long voyage de Léna du duo Juillard&Christin avait été épuisé en un mois. Normal : les Editions Champaka avaient dépassé l’habituelle édition de luxe, grand format certes, mais toujours en noir et blanc. Les planches étaient imprimées, en couleurs, dans un grand format rendant hommage à la majesté du trait et à la délicatesse des tons d’André Juillard.

Outre les 54 planches du récit, le livre comportait un cahier de 8 pages de crayonnés en quadri. Juillard avait, pour l’occasion, réalisé un dessin de couverture inédit ! Le tirage de 400 exemplaires numérotés était signé par Christin et Juillard. 
Il en sera de même pour le tirage de luxe de Léna et les trois femmes.

Voir les 8 pages de crayonnés en quadri.
Cliquez ici

Réf. Réf. Isbn: 2-930142-12-X
L : 28,0 cm – H : 37,0 cm
Papier : couché machine 150 g – 68 pages quadri
Nombre d'exemplaires : 400
Numéroté – Signé
Date de mise en vente : 07/11/09
Prix de vente public : 150,00 €

Renseignement et commande
http://www.champaka.be






Repost 0
Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 23:57
               



samedi
14 novembre 2009
André Juillard Dédicace

Le long voyage de Léna tome 2

le Samedi 14 novembre à 16 h  a là
Librairie Decitre

29 Place Bellecour 69002 LYON

Tél : 0033 (0)4 26 68 00 09







Mercredi
18 novembre 2009

Dédicace de André Juillard & Pierre Christin

Le long voyage de Léna tome 2

au rayon BD,
librairie Fnac Strasbourg

Dédicace avec les auteurs, le dessinateur André Juillard,
et le scénariste Pierre Christin (sous réserve)
à l’occasion de la parution de « Léna et les 3 femmes »,
tome 2 de « Le long voyage de Léna » (éditions Dargaud).

Les invitations pour cette dédicace exceptionnelle
sont à retirer au rayon BD de la Fnac Strasbourg
à partir du mercredi 4 novembre.
Dans la limite des places disponibles.

Repost 0
Published by l'Epervier - dans Rencontre - Dédicace
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 22:55
Place des Héros. Edition Champaka



La collection "Icônes" (199 exemplaires numérotés et signés ; 50 X 70 cm ; PVP : 60 €) accueillera, en octobre, l'affiche artistique Place des Héros  conçue par André JUILLARD. Tous les grands personnages de la bande dessinée franco-belges des années '40 et '50 s'y donnent rendez-vous sur la place qui accueille le célèbre marché aux puces bruxellois.

Ce déssin avait était exposé au BIP (Bruxelles Infos place) en février / mars 2009 pour la Région Bruxelloise qui à fêtés ses 20 ans d’existence

André Juillard avait acceptés de donné sa vision graphique de Bruxelles, un livre à était publier à cette occasion sous le titre "Bruxelles, 20ans/20auteurs" (toujours disponible chez les libraires bruxéllois.

Ces 20 auteurs sont François Avril, Philippe Berthet, Émile Bravo, Renaud Colin, Nicolas de Crécy, Johan De Moor, André Geerts, Dominique Goblet, Jean-Claude Götting, André Juillard, Régis Lejonc, Jacques de Loustal, Cédric Manche, Vincent Mathy, David Merveille, Ever Meulen, François Schuiten, Thierry Van Hasselt et Bernar Yslaire, Sacha Goerg.



Repost 0
Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 13:18

© Galerie Christian Desbois

A l'occasion de la sortie du livre "Léna et les trois femmes" La Galerie Christian Desbois
réalise une exposition vente des planches originales et de crayonnés en couleur  de ce superbe retour de Léna.



                                         © Juillard  2009

Pour toute information sur l'exposition -vente :

Galerie Christian DESBOIS
EDITIONS

14 avenue de
La Bourdonnais
75007 Paris
tél. : 01 45 55 85 53
métro : École Militaire

Ouverture :
du mardi au samedi
de 14h à 18h

http://www.desbois.com
galerie@desbois.com

Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:53



Suite à l'exposition vente à la Gallerie Bruxelloise "Petit Papier"
je vous présente les deux 
photos de Patrick  Van  Roy dont André Juillard c'est approprier.


Juillard - Bruxelles Gare de l'Ouest. Dim: 30x30
700 €


Juillard - Bruxelles Avenue du Port
700 €


Galerie Petits Papiers
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h30
1, place Fontainas
1000 Bruxelles
Renseignements : 02/ 513 46 70
www.petitspapiers.be
contact@petitspapiers.be

Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 13:50
© Dargaud 2009

Sortie le 3 Octobre " Léna et les trois femmes " dernier album  d'André Juillard & Pierre Christin aux éditions Dargaud.

Réfugiée en Australie, Léna tente de reconstruire sa vie loin de la violence aveugle des attentats. Les services secrets, cependant, ne l’ont pas oubliée. Elle doit bientôt replonger dans la folie humaine, passant par une Géorgie très trouble et un camp d’entraînement sub-saharien, avant de finir dans une planque parisienne en compagnie de trois femmes vouées au martyr. Pierre Christin et André Juillard reforment le tandem qui nous avait tant bouleversé avec Le Long voyage de Léna, et signent une oeuvre rare, à la fois politique et contemplative, qui donne à décrypter notre monde torturé.

Collection: Long Courrier
Scénario : Pierre Christin 
Dessin : André Juillard

La bande annonce des éditions Dargaud:

Léna et les 3 femmes    ou
envoyé par dargaud-bd.

 Christin - Juillard - Dargaud© 2009.

Une des plus belle critique de l'abum parut sur http://www.critiqueslibres.com

Léna dans l'usine à kamikazes

Ceux qui ont lu le "long voyage de Léna" des mêmes auteurs auront beaucoup de plaisir à retrouver cette héroïne qui n'a pas le temps de se reposer après ses éprouvantes aventures. Retrouvée dans le bush australien par les services secrets français, elle se voit proposer une mission d'infiltration d'un réseau terroriste islamiste afin d'empêcher un attentat à Paris. Elle a du cœur, Léna, et elle sympathisera avec les jeunes femmes promises malgré elles à un destin de bombes humaines. Réussira-t-elle à leur éviter cette mort horrible? Arrivera-t-elle à empêcher les attentats projetés?

Le scénario de Christin est d'une grande subtilité, il démonte les discours idéologiques de ceux qui prêchent le martyre aux autres mais s'en abstiennent personnellement bien soigneusement. Les arguments théologiques bidon extraits d'un Coran détourné de son sens par des sophismes pervers sont particulièrement bien développés, afin de permettre au lecteur de comprendre comment des idéologues déments réussissent à laver les cerveaux de façon à convaincre ces filles de la misère à se faire exploser au milieu d'une foule.

Quant au dessin d'André Juilliard, il est comme d'habitude, parfait, ce qui ne surprendra personne.

C'est une bédé de très grande qualité, qui nous donne une analyse fine et subtile du terrorisme islamique et de la manière dont certaines crapules utilisent les idéaux spirituels de personnes peu instruites pour leur faire commettre des actes monstrueux.

critiqué par Le rat des champs, le 4 octobre 2009






Repost 0
Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 14:32

"Bruxelles, objectifs BD" du mardi 8 septembre 2009 au samedi 17 octobre 09


La bande dessinée et la photographie entretiennent des relations multiples. La plus évidente est l’utilisation de la photographie à titre de source documentaire. L’exposition «Bruxelles, objectifs BD » part de la photographie comme base d’un travail de recréation totale et laissera la place libre à l’imagination de dessinateurs connaissant bien la capitale de l’Europe. André Juillard, Philippe Berthet, Johan De Moor, François Schuiten, Bernard Yslaire prendront notamment plaisir à intervenir, chacun suivant leur style graphique et leur univers, sur un même jeu de 10 photos de Bruxelles.


Né à Ixelles en 1972, Patrick Van Roy se présente comme un photographe autodidacte guidé par l’unique plaisir de métamorphoser des lieux anodins. Cette fois, il partage ses univers épurés avec quelques grands noms de la BD. En effet, la galerie Petits Papiers a joué les médiateurs et proposé à une vingtaine d’auteurs de s’approprier quelque 60 photos pour y tracer leur vision de Bruxelles. Au rendez-vous : François Avril, Alex Barbier, Baudoin, Philippe Berthet, Silvio Cadelo, Philippe Druillet, Jacques de Loustal, Johan de Moor, William Hennen, André Juillard, Levallois, Liberatore, Milo Manara, Jean-Michel Nicollet, Christophe Poot, Alec Severin, Gilbert Shelton, Joost Swarte, Yslaire et Alex Varenne

 
Demander  à  des  auteurs  de  bande  dessinée  d’intervenir  sur  les  photos de Patrick  Van  Roy  tel  est  le  défi  lancé  par  la  galerie  Petits Papiers pour sa première exposition de  rentrée en septembre.  Ici point de case, de strip ou de phylactère, la BD flirte avec la photographie contemporaine. Patrick Van Roy n’est pas bédéphile. S’il avait entendu parler de quelques-uns des auteurs proposés par la Galerie, l’autre moitié lui était totalement inconnue.
C’est  donc  sans  aucun  préjugé  que  le  photographe  bruxellois  amoureux  des lignes  « claires »,  pures  et  désincarnées  a  choisi  des  lieux  bruxellois méconnaissables.  En effet, on ne reconnaît  dans les 60 clichés  sélectionnés aucun monument  historique,  icône ou  symbole.  Il photographie des lieux, des angles de vue nus, géométriques. Issues en partie du livre «Perspectives nocturnes » publiées dans le cadre d’une exposition réalisée pour la FNAC, ses photographies de nuit ont été prises en pause  longue  avec  un  6x6. Il s’en dégage une impression surréaliste. Les  perspectives baignées de lumières crues ou de jeux d’ombres  fixent un cadre avant tout graphique.  « J’ai  choisi des  photographies  composées  d’éléments  urbains,  des décors dans lesquels les auteurs peuvent  intervenir. Je choisis  toujours des  lieux  les plus ordinaires. Je tente de les rendre attirants autrement.  Je n’ai  jamais eu envie de faire de “belles photos” évoquant de “beaux endroits”. J’ai envie que le spectateur puisse voir au-delà du sujet ».

 
Le point de vue de Patrick Van Roy a, d’emblée, séduit les auteurs. Jacques de Loustal, par exemple, a tout de suite adhéré aux images proposées. « Les espaces citadins et architecturaux, vides et résiduels de Patrick Van Roy sont très beaux. Ce sont des ambiances de nuit qu’il m’aurait plu de photographier. J’ai donc joué sur les univers désertiques dans lesquels j’ai réintroduit des éléments végétaux et animaliers. J’ai beaucoup travaillé sur des formes cachées, du noir sur du noir, du bleu foncé sur du bleu. Le résultat est très graphique, pas du tout anecdotique. Il s’agit d’un vrai projet artistique.» 
 
 
L’exposition est organisée dans le cadre de Bruxelles BD 2009 et fera l’objet d’une publication “Bruxelles, stories ” par les Editions Zanpano.


Galerie Petits Papiers
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h30
1, place Fontainas
1000 Bruxelles
Renseignements : 02/ 513 46 70
www.petitspapiers.be
contact@petitspapiers.be


Livre : 
Bruxelles Stories
Préface de : Plastic Bertrand
68 pages quadri cartonné
Format : 24 X 24 cm
Prix : 32 euros
Tirage : 600 ex.
Diffusion : à la galerie durant l’exposition et en librairie spécialisée BD dès le mois d’octobre
Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 00:57
Il y à tout juste un ans, le samedi 9 août 2008, André Juillard donné un entretien à Daniel Couvreur journaliste "Le Soir" à propos de l'Atomium et de ces vague souvenir de l'expo 58:

(D.C) Vous avez beaucoup dessiné l’Expo 58 dans le premier tome des « Sarcophages du 6e continent » de Blake et Mortimer. Vous l’aviez visitée à l’âge de dix ans. Un souvenir mémorable ?

(A.J) Il faut croire que l’Exposition Universelle de Bruxelles avait un certain retentissement en France, puisque j’y suis allé avec mon école, en autocar. C’est la première fois que j’allais en Belgique et j’avoue que je suis revenu sans aucun souvenir de l’Atomium ! En fait, j’ai été marqué par le pavillon des Pays-Bas où la formation des vagues et les marées étaient reconstituées dans un bassin. Mon autre grand souvenir, c’est la tranche napolitaine : une plaquette de glace avec trois bandes. Vanille, chocolat et praliné, si j’ai bonne mémoire…

Vous n’avez pas revu l’Atomium depuis 1958 ?

Non ! Avec le scénariste Yves Sente, nous sommes montés sur le toit de l’immeuble Tintin, à la gare du Midi, pour l’observer de loin avant l’aventure de Blake et Mortimer. J’ai surtout travaillé sur documentation. Yves Sente avait mis à ma disposition des archives exceptionnelles provenant de la famille du commissaire de l’Expo 58, le baron Moens de Fernig. C’est à travers les plans et les photos que j’ai redécouvert l’Atomium.

Avec le recul, que retenir de l’Expo 58 ?

Je regrette d’abord qu’on n’ait pas sauvegardé plus de choses. Beaucoup de pays avaient confié la réalisation de leur pavillon à des architectes de renom. C’était une sorte de conservatoire de l’architecture moderne. Il y avait des monuments frappants comme la tour Eternit, le pavillon Philips… Le pavillon français était bien mieux que celui des Soviétiques, un peu désuet dans sa monumentalité socialiste. La présence coloniale dans l’Expo m’a aussi beaucoup intéressé. Il y avait toute une série de pavillons dédiés au Congo belge avec des motifs de décoration zébrés. Apparemment, le colonialisme ne choquait personne. Il était montré sous un jour assez triomphant.

Vous avez pris du plaisir à dessiner tous ces décors modernistes a priori éloignés de l’univers très british de Blake et Mortimer ?

Le scénario très précis d’Yves Sente passait par des trajets imposés. L’action se déroulait la plupart du temps entre les pavillons soviétique, américain ou anglais. Moi, je ne me souvenais absolument pas comment tout cela était disposé sur le site de l’Expo et puis au milieu de tout ça, il y avait l’Atomium bien entendu. A l’arrivée, je ne sais pas si ceux qui ont vu l’Expo s’y retrouvent dans l’album, mais j’ai essayé de faire en sorte que cela colle au plus près de la réalité. Je pense que Blake et Mortimer se sont bien coulés dans cet univers. Il n’y avait pas de raison qu’ils détonnent. Au niveau vestimentaire, ils étaient parfaitement dans le ton de l’époque, si j’en juge par les photos des visiteurs de l’Expo. Je me suis demandé si Jacobs, le créateur des personnages, avait vu l’explosion d’architecture contemporaine de l’Expo 58. Les vaisseaux des Atlantes de son Enigme de l’Atlantide sont assez modernes, proches de l’esprit « Atomium ».

© Blake et Mortimer / Sente/Juillard 2003

L’Expo 58 étalait la confiance dans la science et le triomphe du progrès. L’optimisme de cette époque vous fascine ?


Pour moi, c’est magique. A l’époque, on ne connaissait pas l’angoisse actuelle de l’avenir. J’ai l’impression qu’il y avait, dans les années 50, une sorte de foi dans la technique, la science et le progrès. L’Expo 58 était une manifestation à la gloire de la recherche scientifique. Au pavillon américain, on pouvait voir les premiers ordinateurs, les Russes exposaient leur Spoutnik.


En coulisses, la guerre froide n’était pourtant jamais loin. Vous en aviez conscience ?


J’étais un peu petit pour comprendre les tenants et aboutissants de la politique internationale. Mais je me souviens que le mot « communiste », dans la bouche de certains, sonnait comme une insanité ! Dans ma famille, il y avait non pas des militants mais des sympathisants communistes. Cela provoquait de chaudes discussions au cours desquelles on sentait remonter les contentieux hérités de la Seconde Guerre mondiale.


Dans la bande dessinée, quel fut l’auteur le plus représentatif de l’esprit 58 ? Franquin car il dessinait son époque. L’esthétique des années 50 était très présente dans ses décors. En lisant ses albums, on avait l’impression qu’il vivait dans cet univers. Moi je n’ai pas de souvenir direct de la modernité. Je vivais dans un Paris très traditionnel, haussmannien, entre le Louvre et les quais de la Seine. Je pouvais voir des pubs mettant en scène des couples modernes avec un frigidaire, mais il n’y en avait pas chez moi !


Avec le dessin de cette sérigraphie Atomium, qu’est-ce que vous avez eu envie de montrer ?


Je n’avais pas envie de dessiner l’Atomium frontalement. J’avais besoin de personnages. Je ne suis même pas certain que le point de vue que je donne de l’Atomium existe, mais ce n’est pas grave. C’est une licence poétique. J’ai situé l’Atomium dans mon enfance. Est-ce que je me suis mis en situation moi-même avec ma maman ? Peut-être. Pourtant, ma mère était morte depuis pas mal d’années à ce moment-là. Je voulais aussi qu’il y ait un côté belge, mais plutôt dans les couleurs jaune, rouge, noir.


© Rossel & Cie.
S.A. - lesoir.be - Bruxelles

Repost 0
Published by l'Epervier - dans Les interviews
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 18:44


A travers le monde, nombre de créateurs actuels de bande dessinée restent fascinés par ce symbole emblématique de la modernité. Ainsi, quatorze grands artistes de la bande dessinée européenne ont donc pris plaisir à livrer leur vision de l’Atomium. En fonction de ce qu’évoque pour chacun d’entre-eux ce monument emblématique, chaque artiste a placé sa composition dans un esprit “années '50” ou plus contemporain, si pas futuriste. Parmi les signatures belges, on trouve François Schuiten, Bernard Yslaire, Frank Pé, Philippe Berthet et Ever Meulen. Les autres artistes choisis (François Avril, Ted Benoît, Floc’h, André Julliard, Joost Swarte, Jean-Claude Götting, Jacques de Loustal, Vittorio Giardino et Dupuy & Berberian) ont tous développé une liaison intense avec l’histoire de la bande dessinée belge.

Cette exposition est organisée dans le cadre de l'année de la BD à Bruxelles (brusselscomics.com).

andré juillard atomium champaka paris bruxelles mise en couleurs 

Pour plus de détails:
Site de Champaka où figurent l'ensemble des sérigraphies
Site officiel de l'Atomium Bruxelles

Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 23:53
Souvenez vous: Didier Convard et André Juillard ont imaginé quelques-uns des plus célèbres personnages de BD au crépuscule de leur vie !. Rappelons que le concept de cette série consistait à imaginer sous la forme de textes illustrés la vieillesse de héros mythiques de la bande dessinée, mettant ainsi un point final à leurs aventues. Dont Blake et Mortimer, Barbe-Rouge, Johan & Pirlouit, Les Pieds-Nickelés…

Dargaud rééditera l'intégrale de la série Le Dernier chapitre. Cette intégrale reprendra les quatre volumes parus en 1998-1999 (164 pages, 23 x 35 cm, 35€). Prévu initialement avec plus de héros (Bleubéry était en projet) interrompue précocement en raison de problèmes avec les ayant droits de certains personnages, elle ne comptera quatre titres :
1. Blake et Mortimer - L'Aventure immobile
2. Barbe Rouge - La Marée de Saint Jean
3. Les Pieds Nickelés - Demain sera un autre jour...
4. Johan et Pirlouit - Le Bois aux Licornes

© Dargaud 1999 Juillard/Convard


    
Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'André Juillard
  • Le blog d'André Juillard
  • : Ce blog (non officiel mais autorisé). Le seul objectif est de faire partager ma passion en mettant en avant l'oeuvre du dessinateur André Juillard, son actualité, ses travaux ou projet anciens et récents.
  • Contact

Recherche