Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 22:52

Fans de Blake et Mortimer, réjouissez-vous ! 

Dès ce lundi 14 avril Yves Sente et André Juillard nous invitent à découvrir dans les pages du journale "Le Soir" les nouvelles aventures de nos deux British et leur ennemi de toujours Olrick.

 

10153221_427307140739598_8350012465199975913_n.jpg

Il y a eu aussi un article de Daniel Couvreur pour une interview des deux auteurs publié dans le journal "Le Soir" du 12 & 13 Avril. Forum du www.centaurclub.com

 

BFM-limoges-0004.jpg

Strip 1 du lundi 14 avril 2014

BFM-limoges-0003-copie-1.jpg

Strip 2 du mardi 15 avril 2014

BFM-limoges 0001

©  - 2014 Editions Blake & Mortimer / Juillard - Sente

Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 00:07

En partenariat avec la Fnac, « Un Amour de BD » rencontre André Juillard pour parler du retour de la BD historique

 

Réalisée le 10 janvier 2014, au Bastille Design Center: 

Vidéo réalisé à Paris au Bastille Design Center, lieu qui accueilli l’exposition "Les 7 Vies de l'épervier, quinze ans après" du 11 et 12 janvier 2014.

 

Une très belle interview avec un André même très bavard..On en redemande..

 

11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 01:20

SDC13270

Blog BD-BOX par Francis Forget

Le retour des 7 vies de l’Epervier

Une des grandes séries de la BD historique, Les 7 vies de l’Epervier, fait son retour avec un nouvel album. Au scénario, Patrick Cothias ne nous sert pas du réchauffé et André Juillard, au dessin, est simplement sublime. Ça fait du bien de commencer l’année avec autant de talents !

Les 7 vies 5

Il souffle comme un vent des eighties sur les étales des libraires. Un album des 7 vies de l’Epervier, signé des auteurs originels de la série, Patrick Cothias et André Juillard, est en vente depuis le 6 janvier, trente années après le premier tome. Il était très attendu. Il est vrai que la série fait partie du patrimoine de la BD franco-belge. Elle est un des fleurons de Vécu, collection de bandes dessinées historiques qui a fait la renommée de l’éditeur Jacques Glénat dans les années 80. Avec au catalogue de très belles pépites comme Les Passagers du vent de Bourgeon, Les Tours de Bois-Maury d’Hermann ou Louis la Guigne de Dethorey et Giroud. Le succès et la fertilité créatrice du scénariste Patrick Cothias ont engendré pas moins de 14 tomes pour Les 7 vies de l'Epervier et 39 pour les séries satellites dérivées de la série mère (Masquerouge, Coeur Brûlé, Ninon secrète, Le Fou du Roy, Le Masque de fer, Les tentations de Navarre, Le chevalier, la Mort et le Diable).

Les 7 vies 2

Pas de panique, si vous n’avez pas lu tous ces albums, vous pourrez sans peine apprécier ce nouvel opus qui est un récit complet. Et si des références aux précédents épisodes parsèment le récit, l’histoire se tient suffisamment bien par elle-même. C‘est une quête. Celle d’une mère, Ariane de Troïl, pour sa fille Ninon. Revenue du Canada, la fine lame d’Ariane découvre en France que sa descendance a survécu. Le parcours sera compliqué et cruel car, en cet hiver de 1642, les ennemis et les bretteurs ne manquent pas au Royaume de France. Dans une interprétation toute personnelle du mariage pour tous, Ariane se fait accompagner dans cette aventure par son mari Mohawak Beau, amérindien homosexuel, et par son amant Germain. Histoire de pimenter une vie qui n’a pourtant rien de monotone.

 Les 7 vies 3

Le froid, Paris, les chevaux au galop, les capes et les épées, les femmes, André Juillard sait toujours très bien les dessiner. Peut-être même mieux encore. L’album est graphiquement une vraie réussite. Le plaisir est intact de retrouver le trait de celui qui fit naître la série et qui entre-temps a produit quelques Blake et Mortimer. André Juillard est un Grand. Il le démontrera une fois de plus, à Paris, où ses planches seront exposées du 10 au 12 janvier au Bastille design center, et du 13 au 2 février 2014 à la Galerie du 9e art.

Images Les 7 vies de l'Epervier © Cothias & Juillard / Editions Dargaud

Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 23:53

Les Editions Dargaud et la Galerie du 9éme Art s'associe pour l'exposition

Les 7 Vies de l'Epervier "15 ans aprés"


Venez retrouver l'univers des 7 vies de l'Epervier de Cothias et Juillard au Bastille Design Center 

Vernissage le vendredi 10 janvier 2014 en présence de l'auteur au Bastille Design Center, 74 Boulevard Richard Lenoir, Paris 11ème
Exposition le samedi 11 et dimanche 12 au Bastille Design Center, de 10h à 19h

L'exposition se poursuivra à la Galerie Du 9ème Art du 15 janvier au 2 février 2014.

4 rue Cretet. Paris 9ème. 

 www.galerie9art.fr


1486811 229812927198968 577464153 n

 

3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 12:55

Le blog de André Juillard vous présente ces meilleurs vœux pour l'année 2014. 

 

BFM-limoges-0002.jpg

Catre de voeux 2014 de J-M Korber,  dessinés et personnalisés par André Juillard.

Un grand merci à J-M.


BFM-limoges-0003.jpg

Carte de Voeux 2014 de Alain Beaulet. 


Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 22:49

Rencontre avec André Juillard pour le très attendu retour des Sept Vies de l’Epervier

PAR JEAN-LAURENT TRUC - © Copyright 2013 — LIGNE CLAIRE

L’Epervier et de retour. Pour un troisième cycle qui enchaîne sur les quatre tomes de Plume au vent, André Juillard et Patrick Cothias relancent, sous le titre Les Sept Vies de l’Epervier, les aventures d’Ariane de Troïl. Quinze ans après, c’est le titre de ce nouvel album qui paraîtra le 10 janvier prochain chez Dargaud. André Juillard a reçu ligneclaire.info pour une rencontre sur ce retour très attendu. (Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC).

André Juillard, quand nous nous étions vus il y a un an vous travailliez déjà sur Les Sept Vies de l’Epervier ?

Oui. J’ai un peu traîné au début. Nous avions une vraie envie commune pour cette reprise avec Patrick Cothias qui ne demandait que ça. Je n’avais pas écarté l’idée mais j’étais très pris par Blake et Mortimer, Lena ou Mezek. J’y pensais de temps en temps et voulais effectivement retrouver ces personnages.

André Juillard

André Juillard aimerait que Beau devienne un personnage principal (photo JLT DR)

Vous aviez abandonné vos héros à la fin du tome 4 de Plume au vent, Ni Dieu, ni diable. Ils venaient de revenir en France après leur escapade aux Amériques. L’album a paru en 2002. Ils ont vieilli ? Apparemment bien quand on regarde Ariane toujours aussi belle.

Pas trop en effet. C’est assez difficile de faire vieillir une femme. J’ai du mal graphiquement. J’ai essayé. Les hommes c’est beaucoup plus simple. Et puis il y a une vieille idée de Patrick qui pourrait amener Ariane jusqu’à Louis XVI mais c’est une autre histoire. Mais (rires) ils mènent une vie saine, en plein air. Cela conserve.

Ariane, dans Quinze ans après, veut retrouver comme elle dit « les graines qu’elle a semées ». Mais le parcours va être difficile.

La première mouture du scénario était un peu sage. On ne tremblait jamais vraiment pour les personnages.  Patrick a parfaitemen musclé finalement l’histoire. Il n’y avait pas de vrais méchants sauf Gaston d »Orléans, le frère du roi mais qui était trop impliqué dans la grande Histoire pour pouvoir s’en servir pleinement. Donc, il fallait un sale type et c’est le vicomte de Roquefeuille qui a un compte à régler avec Ariane. Il a une motivation forte, la vengeance.

Il fallait un épisode marquant ?

Tout à fait. Stevenson l’a écrit. Dans un roman l’apogée est atteinte au moment de la scène marquante. On s’y est mis ensemble avec Patrick. J’ai suggéré quelques pistes. Le lecteur doit avoir de l’empathie avec les personnages même ceux qui on des défaust. On doit s’y attacher. On a plus de distance avec quelqu’un qui n’est que vertueux.

Vous avez mis la barre haut car, sans vouloir dévoiler l’action qui monte graduellement en puissance, Ariane va cruellement souffrir et puis il y a la certitude que finalement elle est bien mère ?

Patrick Cothias avait déjà ouvert la voie dans son Ninon secrète. Ninon de Lenclos serait la fille d’Ariane et dans Quinze ans après elle est une jeune fille qui a été adoptée. N’oublions pas qu’Ariane aurait eu aussi un enfant avec le roi Louis XIII. Mais c’est pour le prochain album avec un voyage dans le Midi de la France.

Et une idée sur l’identité de cet autre enfant ?

Un fils qu’elle va rechercher. Patrick a une idée issue d’une autre de ses œuvres. Cel dit, c’est difficile de gérer des personnages historiques, vous savez. J’ai besoin d’y croire. Prenez la piste des séries de Cothias. Pour Ninon de Lenclos on ne sait pas si on la suivra plus tard.

Vous retrouvez la France. Cela vous a changé des grands espaces canadiens ? Bien que le décor de Quinze ans après soit très enneigé.

J’ai été très content de retrouver l’Europe. Je me suis bien documenté sur les auberges, un peu imaginé Paris mais me suis beaucoup inspiré du Mans qui est un modèle encore bien conservé de ville du XVIIe siècle.

Autre clin d’oeil, peut-être, après le titre Quinze ans après qui a un petit air de Dumas pour Vingt ans après, Ariane croise la route des Mousquetaires ?

Oui, ils ne font que passer mais cela nous a permis de mettre en valeur Beau qui est un personnage auquel je crois beaucoup. Il échange quelques mots avec Aramis. J’ai envie de faire de Beau, l’époux indien d’Ariane qu’elle aime vraiment, un homme des Lumières. Il arrive sans préjugés, d’une société différente. Ce sauvage comme on disait, ce qui n’a rien de péjoratif à l’époque, pourrait devenir un héros à part entière et faire un grand voyage en Europe.

André Juillard

Blake, Mortimer et Olrik reviendront dans un album qui se passe en 1944. (photo JLT DR)

Revenons à Ariane. Elle a  sa garde rapprochée. Beau bien sûr, Germain, son père. Elle est une femme d’action, en a vu de toutes les couleurs mais reste une femme ?

Ariane a un état d’esprit de femme qui croit a des valeurs. Elle est entourée d’anciens soudards à une époque terrible, d’hommes sans pitié, de Germain à Condor. Sans parler de Roquefeuille. Elle est aussi une victime de ce mépris masculin.

Vous préparez une suite à Quinze après. Mais il y a aussi Blake et Mortimer ?

J’en ai encore deux à faire. Le premier se passera avant Le Secret de l’Espadon pendant la seconde guerre mondiale en 1944. Une histoire d’espionnage. On eu le déclic avec Yves Sente en visitant à Londres le War cabinet de Churchill.

Olrik sera de la partie ?

Oui car Yves Sente en relisant Jacobs et l’Espadon a constaté que Blake, Mortimer et Olrik se connaissaient déjà. Cela va être passionnant pour les spécialistes. On saura aussi pourquoi ils habitent à Park Lane.

Vous avez enfin publié un très beau porte-folio très personnel ?

J’ai dessiné dans un carnet que je vais vous montrer des dessins inspirés par le site antique d’Agrigente en Sicile. C’est un cadeau que j’ai fait à mon épouse. Alain Beaulet en a tiré un porte-folio que j’aime bien. Dernier point, j’exposerai en janvier à Paris à la Galerie 9e Art.

Juillard dessin Epervier

Ariane pour ligneclaire.info (Juillard DR)

Published by l'Epervier - dans Les interviews
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 16:31

 

Quinze ans après
DARGAUD

Couverture 

 

Quinze ans après, le tome 1 de la troisième époque des Sept vies de l'Épervier, marque le retour de la saga imaginée par Patrick Cothias et André Juillard autour de l'histoire tragique d'Ariane.

La nouvelle époque, la troisième, des Sept vies de l'Épervier commence en 1642. Ariane, Germain et Beau sont de retour après un long voyage sur continent nord-américain. La jeune femme est provoquée en duel par le vicomte de Roquefeuille, qu'elle a autrefois elle-même gravement blessé. La jeune femme l'éconduit, et les trois amis décident de quitter Paris en attendant que la situation se calme. Ils se rendent à Fougy, là même où Ariane fut internée et accoucha. Les souvenirs reviennent peu à peu, et Ariane découvre que sa fille, Ninon, a survécu malgré les conditions tragiques de sa naissance. Le groupe part à la recherche de l'enfant, réveillant certaines blessures du passé, quinze ans après...

Troisième cycle des Sept vies de l'Épervier ; série culte de la BD historique, un récit captivant et une histoire tragique.

 

Sortie prévues le 10 janvier 2014 aux édition Dargaud.
Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 14:10

"L'IMMANQUABLE"

La BD en avant - première N°34

Les 7 Vies de L'Epervier. Un 3ème cycle très attendu.

52664629-c230-4ef6-a5d9-092558bedf29

L'Immanquable N°34 Novembre 2013

Dargaud a choisi l'Immanquable pour la prépublication du dernier opus des 7 Vies de l'Epervier, bien que l'on n'ai déja vu et lu ces pages en avant-premiere dans Casemate N°61 de Juillet-Août 2013, c'est toujours un réel plaisir d'autant plus que André a fini de mettre en couleurs les planches. Donc, un conseil : ne rater sous aucun prétexte la suite des 7 Vies de l'Epervier dans l'Immanquable N° 35 de Décembre.

 

www.dbdmag.fr

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 14:01

Portfolio composé de 40 planches dont 38 de dessins d’André Juillard.

300 exemplaires signés et numérotés par André Juillard.

 

2004.jpg

©JUILLARD/Edition Alain Beaulet

 

41PaV7xoY2L.jpg

 

2007.jpg

 

2008.jpg

 

2009.jpg


 

Format portfolio 160 x 220 mm.
Portfolio sous forme de pochette 
Sirio Color Pietrade.
Étiquette en titre sur le premier plat,
sur Rives vergé,
comportant un dessin d'André Juillard.
 
Format des planches 145 x 210 mm.
Les planches sont imprimées 
sur Rives vergé de 320 g.

TIRAGE NUMÉROTÉ ET SIGNÉ PAR ANDRÉ JUILLARD 300 EXEMPLAIRES
 
120 euros
 
DISPONIBLE FIN NOVEMBRE

Chez Alain Beaulet 

En Belgique: Galerie Bruxelles-Paris

Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 07:48
 Les Toqués, comme moi, de l'oeuvre d'André Juillard, l'on bien sûr remarqué que l'ami Cyrille avait inauguré une page facebook en mai dernier sur le thème des originaux de Juillard. Je lui ai demandé de vous présenter lui-même sa page. Comme à son habitude, il nous à dénichè une pépite, il nous la dévoilée içi : 
 
 fbjuillard-copie-1.jpg
 
 
 A peine inaugurée, la Galerie Glénat (22 rue de Picardie, Paris - http://www.galerie-glenat.com ) présente de petits trésors issus de la Collection Personnelle de Jacques Glénat ... Une des pièces maîtresses ? La Couverture Originale Couleurs (encres de Chine, encres de couleurs) de l'Intégrale des 7 vies de l'Epervier (1999), avec tous les protagonistes de cette somptueuse Saga ... 
 Non visible sur leur site encore en construction, je vous propose de la découvrir en EXCLUSIVITE sur ma page Facebook dédiée à André Juillard et ses Originaux : www.facebook.com/AndreJuillardOriginaux ) : Actualités des ventes en Galeries, Ventes aux Enchères, Visuels de Collections privées, etc ... Un espace de discussion ouvert à tous autour d'une Passion Commune : l' Elégance des Originaux d'André Juillard ... N'hésitez-pas à y passer, vous y abonner (250 membres actuellement) par un simple Like (J'aime), et faire circuler l'infos sur vos murs pour que la communauté grossisse encore ... Quant à la pièce, elle est là : Intégrale 7 vies de l'épervier Côté Encadrement, on aime ou pas ... mais il a le mérite de ne pas laisser indifférent ! A bientôt sur www.facebook.com/AndreJuillardOriginaux Cyrille, administrateur de la page FB 
Published by l'Epervier - dans Les denières News
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'André Juillard
  • Le blog d'André Juillard
  • : Ce blog (non officiel mais autorisé). Le seul objectif est de faire partager ma passion en mettant en avant l'oeuvre du dessinateur André Juillard, son actualité, ses travaux ou projet anciens et récents.
  • Contact

Recherche